Posted on

Night Town de Hoosky

crop_IMG_9Y38

Le clip, format court de référence dans le milieu musical, reste essentiellement de nos jours un pur moyen marketing à la finalité très juteuse pour l’industrie (merci MTV). MAIS, mes chers élèves, sachez que certains artistes utilisent  le clip plutôt pour ses fins dramaturgiques, comme son grand frangin, le vénéré sacro-saint court métrage. Certes la question de la bande son ne se pose plus, puisque celle-ci est surtout composée de la piste musicale (Oxymore ?), reste alors à définir la bande image, ce que l’on va filmer, ce que l’on désire montrer / interpréter, transformant ainsi certains clips en véritable fiction courte.

Nous vous proposons pour cette première courte chronique musicalo-métrangesque (tous droits réservés !) l’oeuvre, car il s’agît bien de çà, du dernier EP de Hoosky :

Hoosky

HISTORIQUE

Hoosky est un duo composé d’Hoogo et Chomsky, fondateurs du label Nowadays Records. En 2008, le premier album du label, LA BOULANGERIE, dévoile ses miches (hum…) et fait sensation dans ce milieu très fermé grâce à l’union de plusieurs grands noms de la nouvelle vague électro sur l’album (Mister Modo, Quetzal etc..). Un an plus tard, une rencontre  »fortuite » avec Mattic (un certain Wax Tailor) va donner naissance à l’album FANTASTIC PLANET, mélange étrange  de sonorités électroniques et de beat west coast t’a vu gros avec la contribution d’Astrid Engberg ou encore, A State Of Mind (entre autre). L’année 2011 marque la première apparition du duo Hoosky sur le dernier album du label, sobrement intitulé : LA BOULANGERIE 2 (l’album qui ne vous roule pas dans la farine … OK bon, STOP !!!). Premier jet, premier succès, le duo décide de continuer sur cette lancée en créant JUST A LIL’ BEAT, leur premier véritable album maîtrisé de bout en bout, que Hoosky définit comme  »la bande originale d’un Road Movie expérimental ». Plusieurs EP vont se décliner de cet album, tous narrant l’histoire de deux compères qui quittent la ville et prennent la route en voiture, pour s’enfuir vers une destination mythique mais inconnue. Night Town, le titre que nous vous présentons ici, est un extrait de cet album et laisse place justement, au voyage, au mythe, une fable très glauque sur les tréfonds de l’âme humaine, ou les hommes sont des chiens (au sens propre et sûrement figuré d’ailleurs).

yes

LES MOYENS

Pour mettre en image le récit de Night Town, le label a lancé une collecte de fond via Kiss Kiss Bang Bang. Nous vous proposons de relayer ici le budget global du clip pour vous donner un aperçu, petits curieux, du coût total de création d’un court (attention, ce budget reste à relativiser, il ne s’agît pas non plus de David Guetta hein). Le tournage s’est déroulé en septembre dernier, dans un village du sud-ouest de la France, avec une équipe composée d’une trentaine de technicien et d’une centaine de figurants. La demande était d’atteindre 9000€ en 45 jours soit :

– Préparation : 750 euros (150 euros / jour pour 5 jours de préparation)

– Tournage :  2000 euros (200 euros / jour pour 10 jours de tournage)

–  »Location » (si, si) du chien siberian husky : 1500 euros (100 euros/ jour  pour 15 jours (préparation + tournage))

– Nourriture et gardiennage du chien : 450 euros (30/jour pour 15 jours (préparation + tournage))

– Défraiement, logement et repas du dresseur : 750 euros (50 euros/jours pour 15 jours)

Acteur : 1500 euros (forfait + défraiement + repas / logement)

Poids lourd : 1800 euros (180 euros / jours pour 10 jours de tournage)

– Essence : 250 euros (25 euros / jours pour 10 jours de tournage

L’équipe a réussi son pari puisque le projet trouva son public sur le site communautaire, et le clip fut réalisé juste après.

Nightown

SYNOPSIS

Plutôt que d’analyser le clip, voici l’histoire de départ :

Après avoir sillonné le monde dans son 33 tonnes, Robert, toujours accompagné de son chien husky rentre au pays. C’est la fin d’un road-trip, le retour aux racines dans la campagne, là ou on n’a pas renoncé à ce qu’il y a de violent et d’animal en nous. Entre les vieux chasseurs et les gueules cassées de la troisième mi-temps, entre les coups de poing et les coups de crocs, il va devoir réaffirmer sa position de mâle dominant au sein du village…

On vous laisse (enfin !!) apprécier tranquillement l’oeuvre, taper du pied aussi, et quoi de mieux pour se mettre en bouche avant la prochaine édition de Court Métrange, dont la thématique est (et restera !) : Monstres et monstruosité.  Laissez parler l’animal qui est en vous, il est grand temps de lâcher le chien :

Et parce que la musique adoucit les moeurs, ou pas, voici une petite sélection de titres qui ne devraient pas vous laisser indifférents. La petite animalerie musicale de Court Métrange en quelque sorte :

Vous êtes des animaux / Mr. Oizo // 2011 (d’ailleurs : excellent dernier EP avec mr. Marilyn Monson, disponible depuis quelques jours ici)

Big Bad Wolf / Duck Sauce // 2012

Aurélien.

Laisser un commentaire